Maroc numérique, quelles perspectives

Dans sa dernière publication[i], l’Institut royal d’études stratégiques (IRES) du Maroc propose l’étude du Pr.   Ahmed BOUNFOUR, Professeur des universités concernant la transformation numérique. Ce travail résulte de la prise en compte des dernières évolutions[ii]: émergence du modèle « plateforme numérique[iii] », transformation des modèles de création de valeur, avec notamment le développement de l’analyse big data, de l’intelligence artificielle (IA), de la blockchain et de l’industrie 4.0.

Données générales

L’OCDE souligne par ailleurs que le développement des plateformes n’est pas sans peser lourdement sur la décision publique, avec des tensions de deux ordres principalement :

  1. Tension entre fermeture, liée à la volonté de protection et ouverture des réseaux et données nécessaires au développement humain. D’où l’importance stratégique de la cybersécurité.
  2. Tension liée aux innovations disruptives, qui introduisent un risque de chaos social (emploi, fractures numérique et sociale, etc.)

Un investissement important de mise à niveau dans ces domaines est donc nécessaire, si un pays ne veut pas être submergé par l’international.

Ce qui interroge

Clairement, la transformation numérique remet profondément en cause les modalités d’action traditionnelles de la société marocaine, tant au plan national stratégique (action publique, stabilité des ressources de toutes natures, sécurité collective, souveraineté nationale et influence géopolitique), que pour les actions sectorielles (fiscalité, normes, patrimoine économique et culturel des organisations).

« L’analyse de la Banque Mondiale permet de positionner les pays en trois groupes, selon leur niveau pour chacun de ces deux indicateurs :

Les pays émergents.

Les pays en transition vers une économie numérique.

Les pays en transformation.

Le Maroc est classé dans la catégorie des « pays en transition » (tranche inférieure +), avec des indices respectifs de 0,525 pour la technologie et 0,498 pour les compléments. Pour cette catégorie, où le niveau d’usage de la technologie est relativement élevé à élevé, « il s’agit de faire en sorte que les opportunités soient à la portée de tous ».

« Pour être compétitif, les pays doivent définir des règles qui libéralisent les secteurs protégés et veiller à leur application. Dans le domaine de l’éducation, il faut s’employer prioritairement à développer des facultés cognitives et socio-affectives qui préparent à des carrières plutôt qu’à des emplois précis, étant donné que moins de la moitié des écoliers actuels peut espérer occuper un emploi qui existe aujourd’hui. Enfin, les pouvoirs publics peuvent renforcer les outils d’administration électronique comme des cartes d’identité numériques, des systèmes de gestion financière ou des cyber services pour les citoyens et les entreprises, tout en modifiant les incitations offertes aux prestataires et en améliorant les performances »[iv].

Engagement institutionnel

Après le plan Maroc Numeric 2013, qui a montré de nombreuses faiblesses soulignées par un rapport de la Cour des comptes[v], le Maroc a défini récemment un plan « Maroc Digital 2020 « , structuré autour de trois piliers et de neuf initiatives.

Encart p. 129 du rapport IRES

Il ressort de l’ensemble que les différentes annonces ont suscité une forte attente de la part des acteurs, qui sont en attente de concrétisations effectives. De nombreux rapports soulignent par ailleurs les faiblesses générales en matière de production administrative au Maroc.

Dans ce contexte, les acteurs privés ne constituent-ils pas un relais puissant pour saisir et faire valoir les opportunités que met en lumière le rapport ?

Entre gouvernance et initiative privée

Il est clair que le rôle des institutions est majeur dans la conception de la stratégie nationale, autant que dans sa conduite. Cependant, les acteurs privés n’ont-ils pas intérêt à saisir les opportunités qui existent pour être moteurs de l’innovation et de l’éducation numérique des populations ?

Les études ont en effet montré que le taux d’équipement des individus, et des entreprises dans une moindre mesure, est tout à fait satisfaisant et que la participation sur les réseaux est une des meilleures au plan régional. Le Maroc possède par ailleurs des entreprises leader, sur des zones équipées en infrastructures, et si on peut regretter le fait que l’équipement général ne soit pas à la hauteur des plans, ces entreprises sont susceptibles je jouer un rôle moteur.

La transformation numérique passe en effet par une appropriation de la dimension technologique, via une évolution des usages, qui est souvent le fait d’une auto-éducation plus que d’une formation, même si cette dernière est aussi très importante. Il s’agit des usages individuels, mais aussi de ceux des entreprises, des administrations et institutions, autorisant progressivement une plus grande sophistication. Le rapport marocain souligne fort justement que « c’est par le renforcement planifié des quatre usages que la culture numérique se déploie[vi]. »

On comprend bien ici le rôle essentiel que peuvent jouer les entreprises innovantes, au Maroc comme c’est aussi le cas ailleurs, par la mise en place d’une offre qui mette en avant l’innovation technologique et d’une communication appropriée à leurs cibles, s’appuyant sur les directives de l’Etat.

[i] Transformation numérique et maturité des entreprises et administrations marocaines (du 05 septembre et mis en ligne en novembre 2017)

[ii] Notamment soulignées par le rapport 2016 de la Banque mondiale : Digital Dividends

[iii] Voir notre article de décembre 2016

[iv] Rapport IRES p. 69

[v] Cour des Comptes, Rapport sur Evaluation de la Stratégie Maroc Numeric 2013. Rapport particulier n°05/13/CH IV , février 2014

[vi] P. 150

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s